Le 28/06/2017 Le Collectif dans Ouest France – Merci Freya

Le jardin de fleurs de Freya, idéal pour les mariages champêtres

  • Freya Robbert-Todds, éco-fleuriste amoureuse de Sallen.
    Freya Robbert-Todds, éco-fleuriste amoureuse de Sallen. | Ouest-France

Entretien

Freya Robbert-Todds, éco-fleuriste à Sallen.

Comment êtes-vous devenue fleuriste ?

C’est au cours d’un voyage de quatre mois en Inde que j’ai mesuré à quel point j’étais attaché au village de mon enfance. J’avais 8 ans quand mes parents s’y sont installés. Quand ils m’ont dit qu’ils souhaitaient vendre la maison familiale, ça m’a mis une claque. Je n’avais pas d’idée sur ce que je voulais faire. En Inde, j’ai découvert que le travail artisanal me correspondait mieux que le travail purement artistique. Alors, en 2011, moi et ma mère Lucy, qui avait déjà son jardin de fleurs coupées pour son plaisir, on a commencé à faire des bouquets.

Et ensuite ?

Je suis devenue autoentrepreneuse et j’ai commencé par faire le tour des restaurants du coin pour les vendre. Mais c’était beaucoup de temps pour peu d’argent. Alors, nous avons eu l’idée du Tea Garden, pour faire venir les gens. On y a mis beaucoup d’énergie, jusqu’à ce que le salon de thé prenne le dessus sur l’activité initiale de fleuriste. En 2015, j’ai relancé l’activité de fleurs coupées en participant à un salon du mariage alternatif.

Votre activité est essentiellement tournée vers les mariages ?

En 2015, j’ai réalisé une quinzaine de mariages. Puis vingt-huit en 2016. Je me suis finalement spécialisé. C’est une prestation qui va de la réalisation du bouquet de la mariée aux bouquets de table, en passant par la boutonnière du marié, au décor de cérémonie, aux bouquets d’église et des demoiselles d’honneur. Cela demande une véritable implication, notamment en prenant le temps de rencontrer les mariés afin d’adapter mes propositions à leurs personnalités.

En quoi votre démarche est-elle singulière ?

J’utilise des techniques anciennes, remises au goût du jour avec un vrai engagement écologique, que ce soit dans l’utilisation des supports ou le choix des fleurs. Je privilégie des contenants issus de la chine (vase, bouteille)… plutôt que de la mousse florale. Le choix des fleurs respecte la saisonnalité. Elles sont pour la plupart issues du jardin de ma mère, ou produite localement. J’utilise beaucoup de petites fleurs sauvages, plus délicates et plus originales, comme les nigelles, les ancolies, les myosotis, ainsi que les fleurs de pommiers, d’aubépine, de romarin et des feuillages de cassis, de houblon où de différentes plantes aromatiques.

Votre démarche est-elle unique en France ?

Un mouvement est en train de naître dans l’Hexagone, autour de cette démarche. Il y a par exemple le collectif de la fleur française, dont je fais partie, issu du mouvement « slow food », version « slow flower ».

Renseignements sur le site http://www.freyajoygardenflowers.com.

————————————————————————————————————————

Au Grand Palais l’exposition « Jardins » vient d’ouvrir ses portes. La promenade artistique est conçue comme un jardin, d’allées en bosquets … Avec des œuvres exceptionnelles de Dürer ou de Matisse, des fleurs partout, et un hommage aux jardiniers qui ont fait changer les mentalités comme Gilles Clément et son jardin planétaire. A voir !

Commissaires : Laurent Le Bon, président du Musée Picasso, Marc Jeanson, responsable de l’Herbier national du Museum national d’histoire naturelle et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine.
Du 15 Mars 2017 – 24 Juillet 2017.

grand palais

place à la nature

Quand Hubert Reeves, le célèbre astrophysicien parle carotte sauvage et de dents-de-lion comme des étoiles, la magie opère. Sur le site compagnon www.herbier-hubert-reeves.fr plus de 600 photos signées Patricia Aubertin et prises dans sa campagne de Malicorne sont exposées avec un vrai parti-pris didactique. « J’ai vu une fleur sauvage », Hubert Reeves, photos Patricia Aubertin, aux éditions du Seuil, parution 15 mars 2017.

Une série documentaire en quatre actes – patrimoine et futur. Passionnant!

 

 

En France, la fleur fait sa révolution ! Slow Flower, fermes aux fleurs, fashion fleur, art contemporain…